Amour des animaux


 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le stress et l'alimentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nath
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 251
Localisation : Chicoutimi
Humeur : de bonne humeur si vous ête aussi de bonne humeur!!!
Date d'inscription : 20/03/2008

Question ou aide?
Primaire:
15/15  (15/15)
Énigme:
20/20  (20/20)
Passe-Question:
5/5  (5/5)

MessageSujet: Le stress et l'alimentation   Mar 8 Avr - 12:50

La nutrition et le stress
Hans Selye (1) a présenté les concepts modernes du stress en 1956. Il distinguait trois types de stress : l’eustress, la détresse et le stress cumulatif, produisant chacun des résultats différents. L’eustress désigne le « bon » stress, provoqué par des événements positifs. La détresse survient quand le stress a des effets négatifs sur le comportement et la physiologie. Le stress cumulatif est le résultat d’un état prolongé de détresse.

On sait que le stress est ressenti par le système nerveux et transmis au système humoral par l’hypophyse et les glandes surrénales, modifiant la production des hormones surrénaliennes.

Grandjean et d’autres chercheurs (2-4) ont répertorié les agents stressants dans la vie des chiens. Ces agents peuvent être physiques ou psychologiques. Parmi les agents stressants physiques, on trouve l’environnement (température, humidité), la maladie (infection), un exercice intense, la reproduction (gestation et allaitement) et la croissance (1). Les agents stressants psychologiques comprennent la peur (le combat ou la fuite), un changement dans l’espace disponible (passage d’un grand espace à une petite cage), le transport, les expositions canines, le changement de statut (arrivée d’un autre animal ou d’un enfant dans la famille), ainsi que les visites chez le vétérinaire. La réaction typique à un degré modéré de stress ou à des agents stressants simples est l’adaptation. Sur le plan physiologique, le stress stimule la production de cortisol, d’adrénaline et de noradrénaline. Il peut aussi provoquer un changement de comportement. Dans une étude sur le stress à la maison, Beerda et ses collègues (3-5) ont constaté que les actions de flairer, d’uriner et de lever la patte correspondaient à un faible stress, et que, si le stress augmentait, l’action de flairer s’intensifiait et s’accompagnait de mouvement en rond, de secouements et d’activités de substitution. Ces comportements étaient associés à une augmentation du rapport cortisol-créatinine dans l’urine. Des études ont démontré que l’exercice limite le développement de comportements anormaux chez les animaux qui vivent dans un milieu restreint. En ce qui concerne l’adaptabilité au stress, on signale que les chiennes sont plus vulnérables au stress chronique que les chiens (4).

Le stress social ou psychologique a peu d’effet sur la nutrition de l’animal, sauf dans les cas d’anorexie ou d’augmentation des vomissements (sans cause physique). Ces cas devraient être traités comme tels et le stress devrait être éliminé le plus possible.

Ces dernières années, les nutritionnistes se sont surtout intéressés au stress associé à des degrés extrêmes d’exercice. Une quantité suffisante d’énergie doit être ajoutée à la nourriture pour compenser la dépense occasionnée par l’exercice. Les chiens sont très différents des autres espèces en ce qui concerne l’énergie disponible pour l’exercice intense. Les athlètes humains adoptent un régime riche en hydrates de carbone et faible en gras (6), tandis que les chiens ont besoin exactement du contraire (7). Les chiens ont une meilleure capacité d’oxydation des gras et un régime dont l’apport calorique se compose de 50 p. 100 de gras augmentera leur endurance et maximisera leur production énergétique, ce qui appuie la notion selon laquelle le gras alimentaire permet aux chiens d’économiser le glycogène musculaire lors de l’exercice intense (7). Un régime composé de 30 à 32 p. 100 de protéines permet à ces animaux d’éviter « l’anémie sportive ». Les besoins énergétiques changent selon que l’animal est un sprinter, tel le lévrier, ou un coureur de fond, comme le chien de traîneau. Les lévriers courent plus vite quand ils reçoivent une nourriture modérément plus riche en gras, et ils sont plus lents quand c’est seulement la quantité de protéines qui a augmenté fortement. Les chiens de traîneau ont besoin de 550 kJ par kgW0,75 par jour au repos, mais ce besoin atteint 4 200 kJ par kgW0,75 par jour quand ils font de l’exercice. Par contre, les lévriers n’ont besoin que de 600 kJ par kgW0,75 par jour quand ils courent (7). Si les chiens de traîneau reçoivent un supplément d’hydrates de carbone immédiatement après avoir couru, le glycogène musculaire retrouve plus rapidement son niveau normal (Cool.

La dépense d’énergie exige l’ajout de vitamines hydrosolubles associées à la dépense d’énergie, comme la thiamine, la niacine ou la riboflavine (9). L’exercice intense augmente le besoin en oxygène et la formation d’espèces radicalaires dérivées de l’oxygène dans les muscles. Ces radicaux libres peuvent provoquer des changements oxydatifs dans les membranes cellulaires. On a constaté que l’exercice intense peut diminuer les réserves de vitamines antioxydantes et de glutathion-oxydase (9-10). L’administration de suppléments alimentaires d’antioxydants (vitamine C, vitamine E et sélénium) est recommandée pour limiter ces effets adverses. Toutefois, la quantité exacte de suppléments requis n’a pas été établie. On ne court aucun risque en doublant l’apport de vitamines hydrosolubles et en triplant celui de vitamine E, mais cette recommandation ne s’appuie pas sur des données reconnues.

_________________
le Bonheur ne se fait pas seul, il se fait à plusieurs!


..................................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amouranimaux.meilleurforum.com
 
Le stress et l'alimentation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diarrhée : alimentation, vers, origine ?
» Stress et Anorexie du chat
» Problème de plumage.. mue? Stress? Alimentation?..
» Faut t'il varier l'alimentation des chats?
» Alimentation poulain 1 à 3 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amour des animaux :: Santée :: Alimentation-
Sauter vers: